27/11/2018

VAR: UNE PANACEE ?

Vendredi dernier, les vingt clubs de la Ligue suisse de football ont décidé d’introduire le/la VAR (Video assistant referees ou assistance vidéo à l’arbitrage, pour parler français) dès la saison 2019/2020. Ce n’est pas une surprise et l’instance du football suisse d’élite ne fait que prendre la foulée des fédérations. Dont acte. Cela n’exclut cependant pas le débat de fond car les avis restent partagés sur la question.

 Je n’ai jamais été convaincu par l’usage de la vidéo dans le football. Et la dernière Coupe du monde n’a pas dissipé mes doutes sur la question. Si elle a été utile à quelques reprises, elle n’a rien apporté à d’autres occasions. Surtout, elle me paraît insuffisante parce que sélective. Si l’arbitre veut voir et revoir une scène litigieuse, il faut qu’il le fasse dans tous les cas. Pas seulement lorsqu’il y a soupçon de penalty, mais aussi sur les simulations flagrantes ou les fautes assassines, ou présumées telles. La finale entre la France et la Croatie a démontré à l’envi les limites et, peut-être, l’arbitraire qui président à ce système prétendument sophistiqué. Le simple téléspectateur, qui a droit à de multiples ralentis, se forge d’ailleurs facilement sa propre opinion. Même, il faut le reconnaître, si elle n’est pas toujours d’une impartialité totale.

 Le recours à la vidéo me dérange au vrai pour trois raisons principales. La première, anecdotique, est qu’il y aura bientôt plus d’arbitres que de joueurs sur et autour du terrain. La deuxième – et nous l’avons vécu cet été  – est qu’elle casse le rythme du jeu, sans que le temps passé par le directeur de jeu à regarder la télévision ne soit toujours compensé par un rajout adéquat de minutes supplémentaires. La troisième est purement philosophique. Le football, comme tous les sports, est une activité humaine. Et l’arbitre a droit à l’erreur au même titre que le joueur ou la joueuse qui rate une passe, une occasion de but ou un contrôle de balle. Mais le sport roi est-il encore un jeu d’êtres humains ?

08:59 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour Monsieur,
J'ose croire que le foot est toujours un sport de joueurs en chair et en os. Cependant, l'argent y règne en maître, et toutes ces dérives découlent de la mainmise de plus en plus totale du dollar. L'or corrompt tout ce qu'il touche, le sport, comme l'économie, comme les hommes...
Cordialement, Jacques Louis Davier

Écrit par : Jacques Louis Davier | 27/11/2018

Les commentaires sont fermés.