07/01/2019

L'après Rodger

Ce n’est pas encore officiel, ni confirmé, mais le Maître, lui-même, vient d’y faire allusion : 2019 pourrait être sa dernière année de compétition. Affolement et tristesse dans les foyers helvétiques. Qu’allons-nous faire sans lui ? Il faut admettre que cela fait drôle d’imaginer la planète tennis sans Roger Federer.

Il est unanimement reconnu comme le plus grand tennisman de l’histoire. Il est également un des plus grands sportifs de tous les temps. Mais il occupe surtout une place énorme dans le cœur de presque tous les Suisses. Il est du reste aimé et respecté dans tous les pays,  sur tous les continents. Où qu’il joue, il est chez lui, devant son public. Le Bâlois a fait d’un sport un art, il a gardé la simplicité et l’humour malgré ses 20 victoires en tournois du Grand Chelem et des succès qui ne se comptent plus. Il a popularisé sa discipline. Il a – c’est ma conviction intime – décomplexé quantité de nos sportives et sportifs en leur enlevant la fameuse « peur de gagner ».

Il nous restera bien sûr Stan Wawrinka qui appartient, lui aussi, à l’élite mondiale du tennis. Ne gagne pas trois des quatre tournois majeurs qui veut. Mais le Vaudois aura 34 ans en mars et il a le malheur d’avoir des problèmes récurrents avec son corps et notamment son genou. S’il revient à son meilleur niveau (ce que tout le monde espère), on peut considérer, cependant, qu’il n’a plus trente-six saisons devant lui. Après ces deux géants, il n’y a personne qui s’annonce vraiment dans le tennis masculin. Il sera d’ailleurs intéressant de jeter un coup d’œil sur les audiences de notre télévision quand l’heure de leur retraite aura sonné. Car, avouons-le, une majorité d’entre nous regarde davantage Federer qu’une partie de tennis. Qu’il confirme ou non son intention, nous ne pouvons, d’ores et déjà, que lui dire merci !

 

09:42 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.